Team EXPE
escalade... Sur ce site internet dédié à nos aventures vous trouverez des récits complets, des photos, des vidéos et diverses informations concernant toutes les expéditions que nous avons réalisées à ce jour dans le monde entier. Bonne visite !
est un groupe né en 2009 et formé par des passionnés des activités de montagne : expédition, alpinisme, randonnée, trekking,
Le
logo_team.jpg
Copyright © 2009-2017 Team EXPE. Tous droits réservés

RUWENZORI (5109 m) - Kilembe Trail
Juin 2017 - Montagnes de la Lune, Ouganda
MyCSSMenu Save Document
  • Aconcagua, Argentine
  • Aconcagua, Argentine
  • Elbrouz, Russie
  • Aconcagua, Argentine
  • Aconcagua, Argentine
  • Kurmichy, Russie
  • Galdhøpiggen, Norvège
  • Geiranger, Norvège
  • Preikestolen, Norvège
  • Kjerag, Norvège
  • Denali, Alaska
  • Denali, Alaska
  • Denali, Alaska
  • Into the Wild, Alaska
  • Fujiyama, Japon
  • Fujiyama, Japon
  • Ogawayama, Japon
  • Vik, Islande
  • Loch Ness, Ecosse
  • Jökulsárlón, Islande
  • Skaftafell, Islande
  • Hvannadalshnjúkur, Islande
  • Landmannalaugar, Islande
  • Gullfoss, Islande
  • Demavend, Iran
  • Ararat, Turquie
  • Kazbek, Géorgie
  • Pic de Teide, Iles Canaries
  • Kebnekaise, Suède
  • Kebnekaise, Suède
  • Elbrouz, Russie
  • Psiloritis, Crète
  • Météores, Grèce
  • Kilimandjaro, Tanzanie
  • Kilimandjaro, Tanzanie
  • Mont Rose, Suisse
  • Toubkal, Maroc
  • Toubkal, Maroc
  • Pic Lénine, Kirghizistan
  • Barre des Ecrins, France
  • Aiguille Verte, France
  • La Meije, France
  • Eiger, Suisse
  • Mont Olympe, Grèce
  • Kiruna, Laponie
  • Ruwenzori, Ouganda
  • Ruwenzori, Ouganda
Le Mont Stanley est une montagne enneigée du massif du Ruwenzori, situé sur la frontière entre l'Ouganda (district de Kasese) et la République démocratique du Congo (province de Nord-Kivu). Il s'agit du troisième plus haut sommet d'Afrique, après le Kilimandjaro et le Mont Kenya. Son point culminant est le Pic Marguerite qui culmine à 5109 mètres d'altitude.

La montagne porte le nom d'Henry Stanley, l'explorateur qui l'a découvert en 1888. Elle est gravie pour la première fois en 1906 par l'expédition de Louis-Amédée de Savoie, duc des Abruzzes, accompagné des guides Joseph Petigax, César Ollier, Josef Brocherel, et peut-être Umberto Cagni, ainsi que le photographe Vittorio Sella.

L'approche de la montagne est longue, à travers la jungle, mais son ascension n'est pas techniquement difficile. Les sentiers de randonnée sont bien entretenus et il existe de nombreux refuges. Des services de guides et porteurs sont disponibles. Le versant congolais de la montagne fait partie depuis 1925 du parc national des Virunga. alors que son versant ougandais fait partie depuis 1991 du parc national "Rwenzori Mountains".
Ruwenzori
Galerie photos
Récit du périple
Dans la jungle humide du Ruwenzori
Jours 1 et 2 : Vers le cœur de l'Afrique
Il est des montagnes qui, aussi fantastiques soient-elles, restent inconnues du commun des randonneurs. C'est le cas de ces reliefs sauvages situés à l'ouest de l'Ouganda, sur la frontière avec le Congo. Car oui il y a là, au cœur même de l'Afrique, émergeant au-dessus d’une végétation tropicale, refuge des éléphants et des primates, des cimes enneigées qui culminent au Pic Margherita, le troisième plus haut sommet du continent. Perpétuellement dans la brume, ces montagnes sont couvertes de bambous, lobélies et séneçons, dans une biodiversité sans égale qui abrite cascades, lacs alpins et une jungle couronnée par des glaciers où le Nil en personne prend sa source. Cela fait des années que j'ai les yeux rivés vers ces mythiques "Montagnes de la Lune" imaginées par Ptolémée, redécouvertes par Stanley & Livingstone et explorées par le légendaire Duc des Abruzzes au siècle passé… Une destination qui comblera à coup sûr le passionné de randonnée et de voyage que je suis.

L'excitation grandit donc, alors que je prends place dans le petit Cessna qui va me conduire de la capitale Kampala vers la ville de Kasese, au pied du massif. Le survol de l'Ouganda est magique : nous longeons les rives du gigantesque lac Victoria, puis nous dominons le Queen Elizabeth National Park où de nombreux touristes se rendent pour découvrir les gorilles dans leur espace naturel. Après une halte à Kihihi nous atterrissons sur l'aérodrome de Kasese. Le manager de l'agence Rwenzori Trekking Services m'attend. Nous rejoignons les hauteurs de la ville, à l'entrée de la vallée de Kilembe. A 1450 mètres d'altitude se trouve le camp de base de l'agence. Je m'y installe tranquillement puis vient l'heure du briefing avec Kasine, l'un de mes guides. Nous faisons connaissance avant de faire le point sur le programme des jours à venir.
Je pars de bon matin, accompagné seulement par Kasine, nos 7 porteurs (pour un seul client !) ayant déjà pris les devants avec leurs charges de 20kg. Nous remontons la route bitumée qui passe à proximité d'une école et des mines de cuivre de Kilembe. Autrefois exploitées par une compagnie canadienne, ces mines sont longtemps restées à l'abandon après que le dictateur Amin Dada ait chassé tous les étrangers du pays. L'Ouganda était à l'époque un endroit peu recommandable, dévoré par les virus, dirigé par un tyran, et d'une pauvreté extrême. De nos jours, un consortium chinois a repris l'exploitation du minerai. Quarante ans ont passé, mais la misère reste terrible dans ce coin oublié de la planète. Des enfants nus et crasseux traînent ici et là. Les adultes, eux, ont quelques bananiers et caféiers près de leurs cabanes afin de gagner chichement leur survie. J'imagine qu'ici, avoir un travail est un luxe.

Nous dépassons les dernières habitations et par un sentier à flanc nous atteignons Mulyambuli, le poste des Rangers à 1700 mètres. Je m'acquitte des droits d'entrée (35$ par nuit) et nous pénétrons dans le parc national du Ruwenzori. Deux Rangers armés nous accompagnent pour assurer la sécurité du groupe. Officiellement, contre les animaux sauvages. En vérité, contre d'éventuels rebelles congolais qui franchiraient la frontière.
Vidéo à venir...
Jour 3 : Montée à Sine Camp (2596 m)
Nous nous enfonçons dans une somptueuse forêt équatoriale d’une exubérance absolue. Au milieu de cette jungle luxuriante je parviens à dénicher un petit caméléon, ce qui relève presque de l'exploit car il se fond dans la végétation. La chaleur est étouffante, mais la progression reste agréable car le dépaysement est total. Les sommets sont noyés dans la brume et je dois bien avouer que vu d'ici, difficile de croire que des glaciers se cachent plus haut. Nous faisons une halte à la cabane de Musenge pour déjeuner, puis nous franchissons le torrent. Un raidillon gluant nous amène alors au premier camp, Sine. Plusieurs cabanes y sont perchés sur une crête. A quelques encablures la jolie cascade d'Enock permet aux randonneurs courageux de se rafraîchir. Heureuse surprise : le dîner est copieux et délicieux. Et le matelas est la promesse d'une nuit réparatrice.
Jour 4 : Ascension de la Mutinda Tower (3975 m)
Dans la fraîcheur matinale nous transperçons une forêt de bambous. Des cris de chimpanzés retentissent dans la jungle, mais nous ne parvenons pas à les voir. Tout juste avons nous la chance d'observer un singe colobus qui s'enfuit à notre passage, bondissant de branches en branches. Nous faisons une pause à Kalalama Camp, l'occasion d'échanger avec les porteurs, même si la barrière de la langue rend la communication difficile. Plus haut la végétation change pour laisser place à une lande boueuse. Nous atteignons alors le second camp, Mutinda, à 3600 mètres.
Mon guide Kasine sur la Mutinda Tower
Pour occuper l'après-midi Kasine me propose de gravir le spectaculaire piton rocheux qui surplombe le camp. J'accepte volontiers, et nous voilà agrippés sur les pentes escarpées de la Mutinda Tower. Le terrain est extrêmement raide et instable. Quelques échelles en bois nous permettent de franchir les passages les plus malaisés. Après une intense heure d'effort nous escaladons les blocs finaux pour nous hisser au sommet. La vue est sensationnelle : dans toutes les directions des montagnes abruptes se dressent telles des sentinelles au-dessus de la jungle. Les brumes caressent ces cimes mystérieuses en une danse incessante.

De longues minutes de contemplation passent avant que nous nous décidions à redescendre par le flanc oriental, histoire de tracer une jolie boucle. Je remarque un daman, sorte de marmotte locale. Sur ce versant l'itinéraire profite astucieusement des anfractuosités de la paroi pour aboutir directement sur notre camp.
Jour 5 : Montée à Bugata Camp (4062 m)
XXX